Zoom Accueil : La vallée du Célé se met en route

PHOTO

Des troupeaux de moutons, des murs de pierre sèche, une vue à couper le souffle, une rivière longée par les chemins de Compostelle… Voilà planté le décor de la Vallée du Célé. « C’était un peu la belle endormie, avec une population qui vieillissait et diminuait », raconte Alain Gouget, maire de Saint Chels. Mais ça, c’était avant. « Une association « La route du Célé » qui organise des événements culturels sur l’ensemble de la Vallée nous ont fait prendre conscience que les villages devaient travailler ensemble. La menace de fermeture de l’école nous a aussi mobilisés. » Autour de la question : « Comment faire venir de nouvelles populations ? », six communes de 150 habitants environ chacune ont engagé, avec l’appui de l’Adefpat une réflexion.
« Je n’ai pas raté une seule réunion ! Notre groupe était constitué d’élus et de résidents qui font vivre les villages », témoigne Véronique Jourdan. Propriétaire du gite d'étape de Galance dans le village de Marcilhac sur Célé sur le chemin de Compostelle, elle a aimé cette façon de travailler. « L’Adefpat a mis le groupe en route. Cela nous donne des bases et des techniques. C’est la richesse de cette démarche. » « Cela nous oblige à être pragmatiques pour aboutir à des projets réalisables dans un temps restreint. Nous avons aussi appris à nous connaitre, complète Alain Gouget. Car c’est toujours un challenge de faire travailler ensemble des habitants de différents villages. »
Très concrètement, le logement a été pointé comme une priorité et le travail mené débouche sur plusieurs actions. « Pour accueillir de nouvelles familles, nous allons organiser une base de données commune aux 6 villages des logements disponibles. Nous allons aussi inciter la population à louer les logements vacants avec un accompagnement pour les mettre aux normes. En mai, nous organiserons une journée de découverte pour les entrepreneurs du Grand Figeac. Ils deviendront nos ambassadeurs car il faut communiquer autour de la Vallée du Célé », détaille Véronique Jourdan. « Tout cela, nous l’avons muri avec l’Adefpat qui a été la levure du projet et a créé du lien entre les personnes », se félicite Alain Gouget, le maire.