Zoom Accueil - Le territoire de Figeac veut séduire les conjoints

PHOTO

« Que va faire mon conjoint-e ? » Cette phrase, si souvent entendue a été le déclencheur de l’action menée avec l’Adefpat et animée par Figeacteurs. Car, qu’on se le dise, le bassin d’emploi du Grand Figeac, 2ème pôle industriel régional après Toulouse pour l’aéronautique, à besoin de salariés. Mais il a du mal à faire venir de nouvelles populations et à recruter alors que le Lot connait un taux de chômage sous les 5%. « Ici, les personnes qualifiées trouvent du travail, confirme Mélanie Denis, responsable de l’agence Randstad de Figeac. Mais les entreprises mettent en avant le problème du conjoint-e. Certains quittent même le département faute de trouver un emploi pour l’autre membre du couple. » « Comment accueillir le/la conjoint-e ? » Autour de cette question, un groupe de travail a planché avec l’Adefpat. « Il y avait beaucoup de DRH, la CCI, des élus, Pôle emploi et bien entendu le Département », détaille Louis Molinier, chargé de mission attractivité territoriale au conseil départemental du Lot. Car c’est une préoccupation partagée. Notre marque de territoire « Oh my Lot ! » a été lancée, entre autres, pour faire face à ces difficultés de recrutements et de transmission des entreprises et remédier à la stagnation du nombre d’habitants. » Si le constat est connu et reconnu, restait à le mettre en musique. « Car il ne fallait pas que ce soit redondant avec ce qui était proposé », explique à son tour Julie Jammes, conseillère entreprise à la CCI du Lot. Alors, ils et elles ont planché pendant près d’un an avec les formatrices choisies par l’Adefpat. « Elles ont été très à l’écoute et impliquées dans le projet. Elles nous ont poussés et fait avancer car elles voulaient vraiment qu’on aboutisse. Nous avons travaillé en « co élaboration », témoignent d’une seule voix les participants. Organiser une CV thèque des conjoints, partagée avec le réseau de recruteurs, réactiver l’application Emploi Conjoints initiée par la CCI mais un peu en sommeil, organiser un accueil physique des conjoints… autant d’idées qui vont être testées. L’opération séduction est lancée pour que pas un emploi ne reste esseulé.

Article : Fabienne Dejenlis